Rendez-vous
Voir toutes les dates >>
13 sep.

Paris, Porte de la Villette

19 sep.

Paris, La Défense

26 sep.

Dijon (amphithéâtre de la DREAL)

2 oct.

Grands Ateliers à Villefontaine (38)

2 oct.

Besançon (amphithéâtre de l'UIMM)

16 oct.

Maison des énergies, Héricourt

6 nov.

Parie Nord Villepinte

16 nov.

District de football à Lons-le-Saunier (39)

8 mars

Palais Brongniart, Paris

20 mars

Parc des expositions, Porte de Versailles, Paris

Malvoyant

Infos à la une

La rénovation responsable a son label

La rénovation responsable a son label

Le référentiel du Label Promotelec Rénovation Responsable est le premier à proposer l’intégration d’une valorisation de l’impact carbone lors de la phase exploitation du bâtiment. Cette démarche est tout à fait novatrice en rénovation : à l’inverse de la construction neuve, aucune obligation de ce type n’est pour l’instant inscrite dans la réglementation thermique dans l’existant.

Qu’est-ce que le Label Promotelec Rénovation Responsable ?

Deux approches différentes sont proposées pour intégrer la valorisation carbone selon le niveau de performance visé :

·  Les niveaux de performance 1, 2, 3 et 4 étoiles sont atteignables :

  • soit au travers d’une valorisation énergétique,
  • soit au travers d’une valorisation des émissions de gaz à effet de serre.

·  Les autres niveaux de performance (BBC-Effinergie Rénovation, Effinergie Rénovation ou HPE Rénovation) sont atteignables :

  • au travers d’une valorisation de performance énergétique (80 ou 150 kWhep/(m².an),
  • et en valorisant l’impact des émissions de gaz à effet de serre, en choisissant une des trois mentions proposées : or, argent ou bronze.

Le Label Promotelec Rénovation Responsable promeut une rénovation de qualité et certifie :

  • la consommation énergétique conventionnelle du bâtiment après travaux, en kWhep/(m².an) ;
  • la qualité du bâtiment par l’utilisation de matériaux et matériels certifiés ;
  • la bonne mise en œuvre des matériaux et matériels installés grâce à un contrôle systématique en fin de chantier ;
  • les émissions de gaz à effet de serre en phase exploitation après travaux en kgeqCO2/m².an.

Les exigences de performance des matériaux et équipements ont été fixées et/ou recommandées au regard des critères d’éligibilité aux éco-conditionnalités en vigueur (CITE et CEE), afin de minimiser les investissements liés aux travaux de rénovation.

Toutes les informations sur le site de Promotelec
Juillet 2017

 

 

Un label pour les matériaux de construction biosourcés

Un label pour les matériaux de construction biosourcés

La Scop Karibati lance un label « Produit bio-sourcé » pour les industriels du bâtiment avec option « Filière Française » disponible.

« Nous poursuivons trois objectifs en lançant ce label : apporter une garantie sur la quantité d’éléments issus du vivant incorporés, conforter le marché en attestant du caractère renouvelable des produits et promouvoir les matériaux produits dans l'hexagone grâce à une option Filière Française », explique la responsable commercial, Virginie Gautier.

Le label peut être obtenu en quatre mois et doit être renouvelé annuellement. Comptez, pour la première année entre 3 000 et 5 000 euros pour une PME et de 1 800 et 3 000 euros pour une TPE », indique Yves Hustache, responsable Innovation et R&D chez Karibati.

Pour obtenir le label, il est nécessaire de télécharger un dossier de demande sur le site www.produitbiosource.fr

Sources : Le Moniteur, Environnement Magazine
Juin 2017

 

Le nouveau gouvernement et le bâtiment

Le nouveau gouvernement et le bâtiment

Premier ministre : Edouard Philippe
Ministre de la Transition écologique et solidaire : Nicolas Hulot
Ministre des Transports : Elisabeth Borne
Ministre de la Culture : Françoise Nyssen
Ministre des Transports : Elisabeth Borne
Ministre de la Cohésion des territoires : Richard Ferrand

Source : le moniteur du 26 mai 2017
Source image : courrier des maires

 

Les nouvelles constructions publiques devront montrer l'exemple

Les nouvelles constructions publiques devront montrer l'exemple

Désormais les constructions neuves sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, de ses établissements publics et des collectivités territoriales devront être exemplaire en anticipant la future réglementation environnementale RE 2020 et se présenter comme à énergie positive et à haute performance environnementale.

Ces nouvelles constructions font preuve d'exemplarité énergétique et environnementale et sont, chaque fois que possible, à énergie positive et à haute performance environnementale.
L’arrêté précise les niveaux de performance énergétique et environnementale (performance calculée) caractérisant le bâtiment à énergie positive et haute performance environnementale.
Les bâtiments sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, de ses établissements publics et des collectivités territoriales satisfont à l'exigence indiquée à l'article 1er du décret du 21 décembre 2016 relatif aux constructions à énergie positive et à haute performance environnementale sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, de ses établissements publics et des collectivités territoriales susvisé dès lors qu'ils respectent les exigences de certaines performances.

Les bâtiments sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, de ses établissements publics et des collectivités territoriales satisfont à l'exigence indiquée à l'article 2 du décret du 21 décembre 2016 relatif aux constructions à énergie positive et à haute performance environnementale sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, de ses établissements publics et des collectivités territoriales susvisé dès lors qu'ils présentent un bilan énergétique Bilan BEPOS inférieur ou égal au bilan énergétique maximal, Bilan BEPOS max, correspondant aux niveaux de performance « Energie 3 » ou « Energie 4 », définis par les ministères chargés de la construction et de l'énergie dans le document « Référentiel “Energie-Carbone” pour les bâtiments neufs » et publié sur leur site internet.

Arrêté du 10 avril 2017 relatif aux constructions à énergie positive et à haute performance environnementale sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat, de ses établissements publics et des collectivités territoriales

Source Conseils Xpair

 

Mai 2017 : déploiement des cartes d'identification du BTP en Bourgogne Franche-Comté

Mai 2017 : déploiement des cartes d'identification du BTP en Bourgogne Franche-Comté

L'arrêté encadrant ce déploiement est paru au Journal officiel du 21 mars 2017. Pour rappel, la raison d'être de ce dispositif est de faciliter les contrôles de l'inspection du travail, de manière à mieux lutter contre le travail illégal "classique" et la fraude au détachement.

En cas de non-présentation de la carte lors d'un contrôle de l'inspection du travail, l'entreprise encourt une amende administrative de 2000 euros par salarié non pourvu. La note peut monter jusqu'à 500 000 euros selon le nombre de personnes concernées. Le coût de cette carte d'identification, payée par l'entreprise, est de 10,80 euros. Un particulier aura la possibilité de contrôler lui-même la validité d'une carte professionnelle.

"L'idée n'est pas de prononcer des sanctions immédiatement", a précisé Laurent Vilboeuf, directeur adjoint de la Direction générale du travail. "Nous allons, dans un premier temps, faire de la pédagogie."

Concrètement, chaque entreprise, établie en France ou à l'étranger, devra créer un compte sur le site Cartebtp.fr, effectuer une demande de carte, la ou les payer, pour la ou les recevoir ensuite. Les cartes seront valables selon la durée du contrat (CDD ou CDI) ; dans le cas de salariés de sociétés d'intérim françaises, cinq ans ; et, dans le cas des salariés détachés, sur la durée du détachement. Dans le cas des salariés intérimaires, le nom du chantier et sa durée seront renseignés dans la carte, munie d'un "QR code".

Source Batiactu

 

Rénovons ! ou la fin des passoires énergétiques

Rénovons ! ou la fin des passoires énergétiques

Il s'agit d'une initiative au niveau national pour inscrire la fin des passoires énergétiques par la rénovation. En effet, on est loin des objectifs fixés par la Loi de transition énergétique qui prévoit leur disparition à l'horizon 2025.

« Si on veut éliminer les passoires énergétiques d’ici 2025, il faut prévoir une augmentation du nombre des rénovations par rapport à l’objectif prévu dans la loi», estime Joël Vormus du Cler (Réseau pour la transition énergétique), qui ajoute qu’un investissement supplémentaire devra être consenti par les pouvoirs publics ».

Le scénario « Rénovons ! » démarre en 2017 avec 500 000 rénovations, soit le niveau prévu par la LTECV, et prévoit une augmentation progressive du nombre annuel de rénovations jusqu’à 980 000 en 2021, suivi d’une diminution en vue aboutir à la rénovation de l’intégralité des passoires énergétiques en 2025.

Concrètement, seuls les dispositifs les plus efficaces et lisibles sont utilisés, à savoir les subventions « Habiter Mieux », le Crédit d’Impôts Transition Energétique, et l’Eco-Prêt à Taux Zéro (Eco-PTZ).

Source Batirama

 

8 bougies pour le Plan Bâtiment Durable

8 bougies pour le Plan Bâtiment Durable

En 2016 il a été question de travaux embarqués, de MOOCs sur la rénovation performante ainsi que d'une nouvelle réglementation environnementale sous le label E+C-.

En 2017, année de transition gouvernementale, le Plan Bâtiment Durable en sera certainement encore fortifié.

Interview complète de Philippe Pelletier dans un article de Batiactu

 

Travaux embarqués, le décret réécrit

Travaux embarqués, le décret réécrit

C'est écrit noir sur blanc ! Le décret modificatif précise la nature des parois concernées par l’obligation en énumérant les matériaux autorisés. Le ministère de l'Environnement vient en effet de réécrire le décret sur les travaux embarqués.

Le nouveau projet de décret sur l'obligation d'isolation thermique en cas de ravalement important exclut du champ d'application "les façades qui ne sont pas constituées de briques industrielles, de blocs bétons industriels ou assimilés, de béton banché ou de bardages métalliques", soit le bâti non traditionnel. Ce qui signifie en fait que les matériaux dits sensibles à l’humidité (torchis, bois, façades enduites à la chaux, au plâtre ou en terre …) sont exclus du champ d’application.

Également, les « secteurs sauvegardés, les aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine » sont remplacés par l’appellation nouvelle de « sites patrimoniaux remarquables », issue de la loi Création, architecture et patrimoine du 7 juillet 2016.

La ministre souligne que si la rénovation énergétique concerne tous les bâtiments, elle doit "recourir à des techniques et précautions particulières s'agissant du patrimoine bâti ancien compte-tenu de la spécificité des matériaux utilisés".

Le décret modificatif sera soumis pour avis début décembre au Conseil national d’évaluation des normes et au Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique avant son examen en Conseil d’Etat. Pour autant, le décret de l’embarquement de l’efficacité énergétique lors de travaux importants s’applique, comme prévu, à partir du 1er janvier 2017.

Décret du 30 mai 2016
Article Batirama
Article Batiactu

 

Plateforme MOOC spéciale bâtiment durable

Plateforme MOOC spéciale bâtiment durable

L'Ademe, le Plan Bâtiment Durable et France Université Numérique lancent une plateforme pour apprendre en ligne. Aujourd'hui deux formations sur le thème de la rénovation énergétique sont ouvertes à inscription.

Il est annoncé "un projet collaboratif de l'ensemble des professionnels de la filière bâtiment" qui hébergera, d'ici à la fin de 2017, une dizaine de MOOC différents, portant sur les matériaux biosourcés, les bâtiments passifs, le BIM, la gestion des chaufferies ou les aspects particuliers des constructions en zone tropicale.

La charte de gouvernance collective, associant les organisations professionnelles, organismes de formation et autres associations, sera signée le 29 novembre prochain, lors de l'assemblée du Plan Bâtiment Durable. Elle fixera la ligne éditoriale et assurera la pérennité de la plateforme.

Pour les contenus pédagogiques, les formats seront variés, combinant vidéos et exercices. Les partenaires ajoutent : "La particularité de ces cours en ligne réside dans la possibilité d'échanger entre participants et avec les enseignants sur des forums dédiés à chaque cours. De plus, des exercices et des quizz permettent de mesurer ses avancées au fur et à mesure".

Teaser MOOC « Rénovation performante : les clés de la réhabilitation énergétique »

La première vague de cours débutera le 17 janvier 2017 : les inscriptions sont donc ouvertes aux professionnels comme aux particuliers à compter de ce jour sur www.mooc-batiment-durable.fr

 

Du nouveau du côté de la perméabilité à l'air

Du nouveau du côté de la perméabilité à l'air

Depuis le 1er septembre 2016, une nouvelle norme et son guide d'application sont entrés en vigueur en matière de perméabilité à l'air dans le cadre de la RT 2012.

Parmi les nouvelles définitions, le volume intérieur est maintenant calculé avec les dimensions intérieures globales. Le volume des murs ou des planchers intérieurs ne doit pas être soustrait.

Pour la perméabilité à l'air, il s'agit désormais d'un débit de fuite d'air à travers l'enveloppe du bâtiment rapporté à l'aire de l'enveloppe.

Deux débits de fuite spécifiques sont à différencier :
« enveloppe », qui correspond au débit de fuite d'air rapporté à l'aire de l'enveloppe, à la pression différentielle d'essai de référence ;
et « plancher » qui est le débit de fuite d'air rapporté à l'aire nette de plancher à la pression différentielle d'essai de référence.

Et pour finir, les modes opératoires relatifs aux conditions de mesurage n'ont besoin que d'une seule mesure, soit en pressurisation soit en dépressurisation.

Document complet du Cerema

 

Deux certifications pour la société Bonglet SA

Deux certifications pour la société Bonglet SA

Bonglet SA est une entreprise spécialisée dans la plâtrerie, la peinture, les revêtements de sols et de murs, la rénovation et l'isolation des façades. Elle est basée à Lons-le-Saunier dans le Jura.

En signe de ses engagements et de ses efforts faits dans le domaine du management environnemental, Qualibat a attribué la certification "Maîtrise environnementale" à la société Bonglet SA le 3 novembre 2015.

Bonglet SA est la première entreprise de France à recevoir cette certification "Maîtrise environnementale".

Un mois après cette distinction par Qualibat, l'entreprise Bonglet a obtenu la certification ISO 14001 délivrée par le LRQA. Norme internationale qui constitue la référence des organismes pour mettre en place un système de management environnemental. Son objectif est d'aider les entreprises à gérer l'impact de leurs activités sur l'environnement et à démontrer l'efficacité de leur gestion.

 

GUIDES PROFESSIONNELS DES PRODUITS INNOVANTS

GUIDES PROFESSIONNELS DES PRODUITS INNOVANTS

A travers ces fascicules techniques "pratiques", le Pôle énergie recense objectivement les produits innovants du bâtiment.

Ce guide s'adresse à tous les professionnels du bâtiment.

Nouveautés à découvrir !

 

 

 

 

 
Retour en haut