Rendez-vous
Voir toutes les dates >>
13 nov.

Lycée Pierre Adrien Pâris, Besançon

13 nov.

Lycée Pierre-Adrien PÂRIS (8 rue Mercator 25000 Besançon)

21 nov.

Centre des Auxons - Le Signal - 2 rue Irène Joliot Curie 25870 Les Auxons

23 nov.

Lycée Pierre-Adrien PÂRIS (8 rue Mercator 25000 Besançon)

27 nov.

Eurexpo, Lyon

30 nov.

Juratri (Groupe coopératif Demain) - 55 rue Basse, Conliège

4 déc.

Maison des énergies, Héricourt

5 déc.

Lycée Le Corbusier, Lons-le-Saunier

7 déc.

Lycée Denis Diderot, Bavilliers (90)

11 déc.

Lycée Duhamel à Dole (39)

25 jan.

Lycée Denis Diderot, Bavilliers (90)

29 jan.

Maison des énergies, Héricourt

1 fév.

Lycée Pierre-Adrien PÂRIS (8 rue Mercator 25000 Besançon)

13 fév.

Lyon (Eurexpo)

2 avr.

Paris, Portes de Versailles

Malvoyant

La ventilation de la Maison des énergies

La gestion de la ventilation est exemplaire car elle concilie qualité de l’air intérieur et efficacité énergétique.

La ventilation du bâtiment est travaillée pour être suffisante en termes de renouvellement d’air et de qualité d’air intérieur sans que ce soit au détriment de l’efficacité énergétique.

Suivant la température des locaux et la température extérieure, l’air neuf peut être préparé une première fois (soit préchauffé, soit rafraîchit) en passant par le puits canadien hydraulique. Cette technique ne fait pas passer l’air neuf dans le sol mais elle présente un risque important que les concepteurs ont voulu écarter vis-à-vis du radon.

Face à cette contrainte et pour profiter des avantages du puits canadien (préchauffage ou rafraîchissement et limitation des effets de givre dans l’échangeur double flux de la ventilation) sans les inconvénients (mauvaise qualité de l’air, évacuation des condensats, exposition au risque radon), les concepteurs ont choisi de mettre en place sa version hydraulique. Plus d’un kilomètre de capteurs géothermiques sont enterrés dans le sol pour récupérer des calories ou en céder grâce à un simple échangeur de chaleur entre l’air neuf et le fluide circulant dans ces capteurs.
L’air ainsi préparé passe encore dans la ventilation double flux, récupérant les calories de l’air extrait. Il transite ensuite dans les planchers techniques du bâtiment avant d’être soufflé dans les différentes pièces à travers des grilles se trouvant au sol. Dans ces grilles se trouvent également des radiateurs encastrés dans le plancher qui finissent de réchauffer cet air avant qu’il ne pénètre dans la pièce.

Le bâtiment est équipé de trois centrales double-flux : une permanente qui sert principalement à ventiler les pièces à occupation continue comme le centre de ressources et les bureaux et deux autres asservies à des sondes CO2 pour ventiler des pièces à occupation discontinue telles que la salle d’exposition, la salle de conférence et la salle de travail.

Retour en haut